Qui sommes-nous?Cas observésRapportsNewsarchivMediaNous soutenirRecherche
 

Position:   Newsarchiv

< Article précédent
18.01.2012

Le régime de l’aide d’urgence pousse les requérants d’asile déboutés vers la clandestinité


© Jacek Pulawski

Plusieures organisations travaillant dans le domaine des réfugié·e·s l’avaient déjà annoncé en 2004 lors de la révision de la loi sur l’asile: une partie importante des requérant·e·s d’asile débouté·e·s passeront à la clandestinité si ils et elles sont privé·e·s de l’assistance sociale.

 

Les chiffres disponibles aujourd’hui viennent confirmer ces déclarations. Selon une dépêche de l’ATS du 12 janvier 2012, de plus en plus de requérant·e·s d’asile débouté·e·s disparaissent au lieu de solliciter l’aide d’urgence. Au cours d’une campagne de plusieurs mois lancée en 2011, (www.campagne-urgence.ch), l’Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers, Amnesty International, l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés et Solidarités sans frontières ont dénoncé le fait que le régime de l’aide d’urgence n’incite pas les requérant·e·s débouté·e·s à quitter la Suisse, mais tend au contraire à les humilier, à les déprimer et à les rendre physiquement malades. Les personnes vulnérables, les familles avec de jeunes enfants et les malades sont particulièrement touchés.

 

Les personnes qui disposent d’un réseau de relations en Suisse passent à la clandestinité pour se soustraire aux conditions souvent humiliantes liées à l’aide d’urgence. Les expériences faites dans d’autres pays européens ont également démontré que les mesures répressives dans le domaine de l’asile n’apportent aucune solution aux problèmes, mais contribuent au contraire à faire grossir les rangs des personnes en situation irrégulière.

 

Les organisations à l’origine de la campagne sur l’aide d’urgence demandent en conséquence que tout le système de l’aide d’urgence soit fondamentalement révisé ; elles appellent les autorités à renoncer à de nouvelles mesures dissuasives.


Qui sommes-nous?Cas observésRapportsNewsarchivMediaNous soutenirRecherche