Appel: Aide spé­cia­li­sée pour tou­tes les vic­ti­mes de vio­lence

L’ODAE-Suisse a signé l’appel de Terre des Femmes Suis­se, FIZ et 106 autres orga­ni­sa­ti­ons.

Dans l’appel, nous exi­geons de la Con­fédé­ra­ti­on et des can­tons le droit et l’accès à une aide spé­cia­li­sée pour tou­tes les vic­ti­mes de vio­lence dès leur arri­vée en Suis­se – indé­pen­dam­ment du lieu de com­mis­si­on des vio­len­ces et du sta­tut de séjour.

Dans son com­mu­ni­qué de pres­se du 16 octob­re 2019 sur la situa­ti­on des femmes et des jeu­nes fil­les dans le domai­ne de l’asile, le Con­seil fédé­ral vient d’annoncer qu’il ne sou­hai­te pas étendre le champ d’application de la loi sur l’aide aux vic­ti­mes.  Il pro­po­se une solu­ti­on par­ti­el­le qui per­pé­tue les discri­mi­na­ti­ons : la Con­fédé­ra­ti­on aide tou­tes les femmes et les jeu­nes fil­les qui sont auto­ri­sées à séjour­ner en Suis­se, mais refu­se d’aider cel­les qui sont dans la pro­cé­du­re d’asile, com­me cel­les qui reçoiv­ent une décisi­on de non-entrée en matiè­re ou une décisi­on néga­ti­ve ; l’aide dont ils/elles ont un besoin urgent est aus­si refu­sée aux sans-papiers.