Vio­len­ces dans les cen­tres fédé­raux d’asile

Divers médi­as font actu­el­lement état de vio­len­ces com­mi­ses dans les cen­tres fédé­raux d’asile. L’ODAE-Suisse prend posi­ti­on avec la pla­te­for­me SCCFA.

Divers médi­as font actu­el­lement état de vio­len­ces com­mi­ses dans les cen­tres fédé­raux d’asile. Pour la pre­miè­re fois, des recher­ches révè­lent en détail ce que l’on savait depuis long­temps. Les con­di­ti­ons qui règ­n­ent dans les gran­des struc­tures d’hébergement collec­tif de la Con­fé­dé­ra­ti­on atti­sent mal­heu­re­u­se­ment des con­flits qui dégé­nè­rent trop sou­vent en vio­len­ces ver­ba­les et phy­si­ques. Dans les cas évo­qués, les rap­ports de pou­voir iné­gaux con­dui­sent à l’enfermement illé­gal des requé­rants d’asile sans que la poli­ce en soit infor­mée, voi­re à des pas­sa­ges à tabac. Pour la pre­miè­re fois, un fichier audio éta­blit la maniè­re dont les rap­ports offi­ciels sur ce gen­re de faits sem­blent enj­o­li­vés par le per­son­nel de sécurité.

Le Secré­ta­ri­at d’État aux migra­ti­ons (SEM) a réa­gi à ces allé­ga­ti­ons, sus­pen­du plu­sieurs per­son­nes et ordon­né une enquê­te exter­ne. Par ail­leurs, selon une annon­ce fai­te par le SEM à diver­ses orga­ni­sa­ti­ons, un nou­veau con­cept pré­voyant des mes­u­res de pré­ven­ti­on de la vio­lence sera mis en œuvre dans tou­tes les struc­tures régio­na­les d’asile d’ici fin juin 2021. Il s’agit notam­ment de l’introduction d’un sys­tème exter­ne de ges­ti­on des plain­tes, et de l’élaboration d’un con­cept glo­bal de for­ma­ti­on et de sen­si­bi­li­sa­ti­on pour le per­son­nel des cen­tres fédé­raux d’asile.

Nous saluons ces mes­u­res, même si elles arriv­ent trop tard et sont insuf­fi­san­tes. Elles omet­tent en effet un pro­blè­me struc­tu­rel: les per­son­nes soup­çon­nées d’actes illé­gaux tra­vail­lent pour des entre­pri­ses pri­vées man­da­tées par le SEM. L’enquête et les véri­fi­ca­ti­ons en cours dev­rai­ent inclu­re une ana­ly­se détail­lée des ris­ques de cet­te pra­tique d’externalisation de ser­vices, con­fiés à des pre­sta­taires au moins coû­tant, pra­tique qui dev­rait être réex­ami­née en par­ti­cu­lier par la Com­mis­si­on de ges­ti­on du Con­seil national.

L’ODAE-Suisse et la SCCFA rejoig­n­ent les reven­di­ca­ti­ons de l’Organisation suis­se d’aide aux réfu­gi­és OSAR. Il faut mett­re l’accent sur la pré­ven­ti­on, et créer un orga­nisme indé­pen­dant de ges­ti­on des plain­tes. C’est la seu­le solu­ti­on pour évi­ter autant que pos­si­ble les con­flits vio­lents et les vio­la­ti­ons des droits fon­da­men­taux et des droits humains, ain­si que pour docu­men­ter et sanc­tion­ner véri­ta­ble­ment les inci­dents problématiques.

En ce qui con­cer­ne les menaces rap­por­tées par les médi­as cont­re les per­son­nes tra­vail­lant dans le sec­teur de l’asile, l’ODAE-Suisse et la SCCFA décla­rent clai­re­ment dénon­cer et reje­ter tou­te for­me de vio­lence. Il n’y a aucu­ne jus­ti­fi­ca­ti­on à de tels actes. Mais il est essen­ti­el que les auto­ri­tés soi­ent plus trans­pa­ren­tes et ouver­tes, afin que tou­te per­son­ne soit assu­rée que la dénon­cia­ti­on d’abus sera enten­due par les struc­tures institutionnelles.

La situa­ti­on actu­el­le pro­uve une fois de plus le rôle cru­cial que jou­ent la socié­té civi­le, les ONG et les médi­as dans la sur­veil­lan­ce acti­ve du domai­ne de l’asile, notam­ment en reven­di­quant des enquê­tes et en ne lâchant pas pri­se en cas d’abus soup­çon­nés. Il est à espé­rer que les débats actu­els sen­si­bi­li­se­ront non seu­le­ment le per­son­nel des cen­tres fédé­raux d’asile, mais aus­si les milieux poli­ti­ques au pro­blè­me de la vio­lence, et que des amé­lio­ra­ti­ons dura­bles seront mises en œuvre.

SRF Rund­schau, Gewalt­zo­ne Asyl­heim, 5 mai 2021

RTS 19h30, Bavu­res et rap­ports tra­fi­qués: la sécu­ri­té dérape dans les cen­tres fédé­raux d’asile, 5 mai 2021

WOZ, Rap­por­te der Gewalt, 6 mai 2021